Dénoncer les délinquants de la route

Il existe un site pour signaler les idéologies discriminatoires, entre-autres : https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action.

C’est une très bonne chose car la haine ne doit pas avoir sa place dans notre monde ! Mais, à ma connaissance, il n’y a rien de tel pour signaler les délinquants de la route (et, surtout, avec quelles preuves ?). Or, ces inconscients stupides et égocentriques mettent en danger la vie des autres (la leur, à la limite, pourquoi pas, ils sont grands, ils font leurs choix, mais ils n’ont pas à choisir pour les autres !). Je pense que les dénoncer à la police, tout le temps, partout, ce serait faire preuve de civilité car on ne laisse pas des dangers publics rouler sans rien faire ! Cela nous concerne tous et si nous nous y mettons ensemble, ces lâches guignols vont arrêter par peur, comme ils ralentissent quand ils voient un radar ou la police… Car il ne faut pas espérer les changer (je suis assez optimiste de nature mais il faut être réaliste, quand on est si stupide il n’y a que la peur de la punition qui fonctionne ; ils savent qu’ils sont hors la loi, ils en ont conscience, donc pas la peine de leur faire la morale, juste de les punir tellement durement qu’ils s’en souviendront). On ne joue pas avec la vie des autres !

Alors, pour nous aider à dénoncer ces potentiels criminels qui n’ont rien à faire de rien car ils croient que seules leurs pulsions et leurs envies comptent, il y a un outil très intéressant : https://www.lesnumeriques.com/voiture/dashcam-gadget-arme-dissuasion-routiere-a2137.html.

On filme et on envoie à la police. De la même manière que l’on dénonce d’autres délinquants (voleurs, agresseurs etc.).

 

Le « J’accuse » de Jacques Toubon au préfet de police à Paris

La démission forcée c’est le minimum (on n’attend pas une démission choisie car pour ça il faut avoir un peu de dignité ce qui ne semble pas être le cas de ces gens). Et un grand merci, bien évidemment, à ce policier qui a refusé d’exécuter des ordres à profilage racial et qui les a dénoncés ! Prenez exemple, vous, les autres soumis, refusez d’obéir quand les ordres sont illégaux et immoraux !

« Une décision du défenseur des droits Jacques Toubon dénonce « des ordres illégaux » ainsi qu’un « profilage racial et social » lors de contrôles d’identité de la police à Paris. »

Suite de l’article ici : https://www.lejdd.fr/Societe/exclusif-le-jaccuse-de-jacques-toubon-au-prefet-de-police-de-paris-3891323

Ces 500 témoignages de femmes qui sont allées porter plainte après avoir été victimes de violences font froid dans le dos

« Lancée le 12 mars par le Groupe F et la page « Paye ta police » du réseau social Tumblr, l’enquête a suscité en dix jours plus de 500 témoignages, selon ses initiateurs, qui voient dans la police et la gendarmerie « le maillon indispensable pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles ». »

Suite de l’article ici : https://www.huffingtonpost.fr/2018/04/03/ces-500-temoignages-de-femmes-qui-sont-allees-porter-plainte-apres-avoir-ete-victimes-de-violences-font-froid-dans-le-dos_a_23401467/

A Rennes, la police charge sur des manifestants en voiture, plusieurs blessés

Police nationale, « Notre vocation c’est vous ». Ils ont oublié quelque chose après le « vous » ? Au choix, « vous foncer dessus », « vous gazer », « vous agresser »…

Article ici : http://www.liberation.fr/direct/element/a-rennes-la-police-charge-sur-des-manifestants-en-voiture-plusieurs-blesses_38571/

Les « anarchistes », la police et la délinquance

Malgré tous ses attraits, il y a quelque chose de profondément gênant dans la pensée anarchiste telle qu’elle s’affiche sur internet (je ne parle pas des théories développées dans des livres sérieux), au détour d’une dispute ou comme arme pour cataloguer ceux qui « font partie du système » : dans tous les débats et tous les articles que j’ai faits et lus je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui critique la délinquance (je parle de la petite surtout, car dénoncer les banquiers ça y va). Les « anarchistes » sont systématiquement plus enclins à critiquer la police (qui est censée assurer la paix sociale…) qu’ils ne le sont à critiquer la petite délinquance qui est, elle aussi, responsable d’un certain malaise et d’une impression d’insécurité. Mais quoi, un policier serait-il, par défaut, plus dangereux pour la liberté qu’un petit délinquant ? Je sais, avec un certain paternalisme, on excuse le petit délinquant qui n’a pas eu une vie facile mais on est incapable « d’excuser » le policier qui tente de faire son travail (et qui a fini par avoir ce travail parce que, peut-être, il n’a pas eu une vie facile non plus). Et je dis « on excuse » la petite délinquance, ça, c’est quand on ne l’encourage pas avec, en arrière-plan, l’hypocrite excuse de « c’est pour combattre le capitalisme ».

Il ne s’agit pas de faire un concours pour savoir qui du policier et du petit délinquant (qui peuvent se confondre dans la même personne d’ailleurs…) est « pire » ou « meilleur ». Il s’agit de savoir quelles sont les valeurs de l’anarchisme et d’être cohérent. Certes, le système policier n’est pas toujours des plus démocratiques. Mais la petite délinquance l’est encore moins. Pourquoi ne pas traiter les deux sujets de manière objective ? Pourquoi ne pas critiquer les deux tant qu’on y est ? Tant qu’on ne critique pas la petite délinquance j’ai toujours l’impression que cette occultation vient non pas de vrais anarchistes mais d’esprits adolescents en manque de rébellion qui, sous prétexte d’anarchisme, s’opposent à des règles établies par d’autres mais ne s’empêchent pas de frauder, voler, tricher, c’est à dire de ne vivre que d’après leurs règles. Une société doit avoir des règles communes (et justes) qui doivent être respectées autant que possible. C’est parce que les règles ne sont pas respectées que la police est nécessaire (et justifie elle-même son existence) et c’est parce que les règles ne sont pas respectées que la police outre-passe ses droits. Qu’elle soit policière (donc systématique ou individuelle) ou privée (elle peut aussi être systématique – les bandes – ou individuelle), il faut dénoncer la délinquance. Ne dénoncer que celle de la police me semble pour le moins être le résultat d’un rapport très ambigu à la loi et au droit.