« La pandémie n’est pas une vengeance de la Terre, c’est le résultat de notre rapport à la nature »

Le nouveau virus, issu d’un contact entre l’humain et l’animal, pose la question de notre rapport au monde vivant. La philosophe Virginie Maris s’intéresse depuis longtemps à ces sujets : dans un livre passionnant, La Part sauvage du Monde (Seuil, 2018), elle interroge les voies d’une possible cohabitation entre humains et non-humains, en rappelant qu’il faut pour cela « restreindre notre territoire ». Première partie de cet entretien.

Suite de l’article ici : https://www.bastamag.net/covid-vengeance-de-la-nature-biodiversite-pathogenes-surconsommation-specificite-humaine-Virginie-Maris

« On nous demande de ne pas remettre en cause la gestion de la crise » : des fiches pédagogiques alarment des syndicats d’enseignants

« Le ministère de l’Education nationale a publié, lundi 4 mai, une série de recommandations pour accompagner les enseignants dans la réouverture des écoles. Si ces documents n’ont pas de valeur réglementaire, certaines formulations font bondir certains syndicats. »

Suite de l’article ici : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/on-nous-demande-de-ne-pas-remettre-en-cause-la-gestion-de-la-crise-des-fiches-pedagogiques-alarment-des-syndicats-d-enseignants_3959293.html

 

En pleine crise de coronavirus, la viande sans viande cartonne

Logique étant donné que le Covid-19 vient des animaux et de notre façon de les traiter…

« Les ventes d’alternatives végétales à la viande ont littéralement explosé aux Etats-Unis, grimpant de 265 % ces huit dernières semaines comparé à l’année précédente, selon les données de Nielsen. Ce succès des ersatz au bifteck n’est pas nouveau. Mais la crise sanitaire a servi de catalyseur. »

La suite de l’article ici : https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/en-pleine-crise-de-coronavirus-la-viande-sans-viande-cartonne-1198761

Un nouveau rapport met en garde sur une “forte probabilité de disparition de l’humanité” d’ici 30 ans

Appliquer totalement les idées du véganisme, réduire la consommation d’énergie, limiter fortement la publicité et le marketing qui poussent aux achats inutiles (donc à la pollution), condamner lourdement les entreprises et les gouvernements pollueurs, investir dans les énergies propres… Mais au niveau individuel rien de tel que de devenir végane, pour commencer, et minimaliste pour continuer. C’est à la portée de tout le monde.

« Dérèglement climatique, réchauffement climatique, surpopulation, guerres nucléaires… les menaces sont nombreuses pour l’humanité, et selon un nouveau rapport il y aurait bien un risque sérieux pour notre survie, lié à la crise climatique que nous traversons. Au cours des trois prochaines décennies, un nouveau rapport averti qu’il est “fort probable que la civilisation humaine prenne fin”, si aucune mesure urgente n’est prise. »

Suite de l’article ici : https://trustmyscience.com/nouveau-rapport-met-en-garde-sur-une-forte-probabilite-de-disparition-de-l-humanite-d-ici-30-ans/

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

« Essayer de déconstruire le mythe de la galanterie à la française est une tâche difficile et courageuse. J’en ai moi-même fait les frais récemment, à la suite d’un tweet. Ce fut, au milieu d’un débat bien argumenté, une récolte d’insultes (morceaux choisis: «Être conne à ce point là a des vertus hallucinogènes», «Vu sa tronche elle a dû en prendre quelques-unes dans la gueule des portes»). C’est pour cela qu’il est sans doute bien plus efficace de le faire dans un livre, posément, en prenant le temps, comme le fait Valérie Rey-Robert, avec Une culture du viol à la française. »

Suite de l’article ici : https://www.slate.fr/story/175965/galanterie-seduction-francaise-culture-du-viol-valerie-rey-robert

 

Pascal et le Covid-19

Ce confinement est l’occasion pour moi de me rappeler et de vous rappeler ces pensées de Pascal (que je considère parmi les plus profondes que l’esprit humain ait engendrées) :

« […] j’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. Un homme qui a assez de bien pour vivre, s’il savait demeurer chez soi avec plaisir, n’en sortirait pas pour aller sur la mer ou au siège d’une place. »

Dans le contexte Covid-19 cela prend encore plus de sens.

Profitons de ces moments pour méditer sur notre condition, renforcer notre esprit face à tout ce que la vie peut nous faire subir et mieux nous connaître nous-mêmes (peut-être la meilleure astuce pour être heureux).

Texte intégral ici : http://www.penseesdepascal.fr/Divertissement/Divertissement4-moderne.php