Cette artiste laisse le public lui faire ce qu’il veut pendant 6 heures

L’artiste-performeuse serbe Marina Abramović réalise en 1974 une performance risquée. Elle se livre entièrement au public pendant six heures. Le principe de cette performance intitulée « Rhythm o » est très simple, mais elle finira de manière bouleversante.

Suite de l’article ici : http://www.feroce.co/marina-abramovic

Abattoir : endroit où l’on autorise ce que l’on réprime ailleurs

Comme par magie, les quatre murs d’un bâtiment appelé « abattoir » rendent légal et moral ce qui est ailleurs illégal et considéré comme barbare. Si quelqu’un, dans son jardin ou dans un endroit public, étourdit une vache, l’égorge et la dépèce, il provoquera l’indignation et sera sûrement condamné pour cruauté ou trouble à l’ordre public. Mais au fond, il ne sera condamné que parce que cette action a été réalisée dans un cadre non autorisé, contrairement à un abattoir, car un abattoir c’est un endroit qui autorise la violence et le meurtre. Celui qui est violent dans un abattoir est couvert, comme par magie, par ce terme, « abattoir ». Ici, il a le droit de violenter et tuer un animal alors que sur la voie publique, la même personne et le même acte seraient considérés comme « barbares ». C’est pourquoi je considère l’abattoir comme un espace magique car il transforme, comme par enchantement, un acte violent et meurtrier en une « nécessité », une « culture », une « normalité ». Mais l’abattoir, au fond, ne modifie pas l’acte (violenter et tuer sont des faits objectifs, l’animal souffre et meurt dans tous les cas) mais il modifie notre perception de l’acte : ce qui nous indignerait sur la voie publique nous paraît normal dans un abattoir. L’abattoir est un espace de légalisation et de normalisation de la violence et du meurtre.

Que dirions-nous d’une société qui s’indignerait de la violence envers les enfants seulement dans les cas où elle serait publique ? Pire, que dirions-nous si la violence publique envers les enfants était prohibée mais qu’elle serait organisée institutionnellement et pratiquement localisée (« la violence envers les enfants est autorisée dans un espace spécialement dédié »). De même, la violence envers les animaux est autorisée seulement dans des espaces dédiés. Mais quoi, dans ces espaces les animaux auraient-ils moins mal et auraient-ils moins le souci de leur vie en se disant : « Eh, là, au moins, c’est légal, donc je ne dois pas avoir mal et je ne dois pas vouloir vivre ! » ?! Nos lois et nos normes ne rassurent et ne justifient quelque chose qu’à nos yeux, pour les animaux elles n’ont aucun sens et elles ne sont d’aucune consolation. La violence ou le meurtre, légaux ou pas, dans des espaces dédiés ou pas, ne restent pas moins graves et réels. Arrêtons donc de donner plus d’importance à notre perception que nous ne donnons à la réalité et la réalité est cruelle avec les animaux que nous avons le « droit » de tuer (droit que nous nous sommes donné, nous sommes juge ET partie, n’est-ce pas un des critères d’une société totalitaire et d’un comportement arbitraire ?). Ce n’est pas parce que nous cachons l’injustice et le meurtre, ce n’est pas parce que nous leur dédions des espaces que nous sommes moins responsables de leur existence. Fermer les yeux ne fait pas disparaître la réalité, tout au contraire, cela la perpétue.

Pétition : La corrida est un trouble à l’ordre public, Monsieur Manuel Valls

Lien de la pétition : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2014N45698

Monsieur Manuel Valls, par la circulaire du 6 janvier 2014 vous demandez aux maires d’interdire les spectacles de Dieudonné M’Bala M’Bala en référence à l’arrêt du Conseil d’État Benjamin du 19 mai 1933 qui, faisant jurisprudence, stipule que « l’autorité investie du pouvoir de police peut interdire la tenue d’une réunion publique ou d’un spectacle » s’il y a :

– l’existence de risques de graves troubles à l’ordre public induits par cette manifestation ;

– l’impossibilité de prévenir ces troubles par des mesures de police appropriées, moins attentatoires aux libertés que l’interdiction.

Soit.

Mais, Monsieur Manuel Valls, quand il s’agit de la corrida, vous déclarez, le 11 septembre 2013 : « C’est quelque chose que j’aime, ça fait partie de la culture de ma famille » ; « Dans un pays en crise, avec des Français qui doutent de leur identité, tout ne peut pas se ressembler » ; « On a besoin de ces racines, ne les arrachons pas. » Pourtant, question « troubles à l’ordre public », les corridas ont un lourd passé. Premièrement, la corrida elle-même qui est d’une violence et d’un cynisme extrêmes, ce qui n’est pas propre à rendre les spectateur pacifiques ni à rassembler les Français. Deuxièmement, tout ce que cela provoque comme affrontements :

– à Rodilhan, le 8 octobre 2011 : http://www.youtube.com/watch?v=X_dP8_73KPM

– à Béziers, le 12 août 2012 : http://www.youtube.com/watch?v=jBdR6bwkZlU

– à Rion des Landes, le 24 août 2013 : http://www.youtube.com/watch?v=sQQ9o_YU4_s

– à Millas, le 8 août 2010 : http://www.youtube.com/watch?v=jE7k7i8vu30

Vous avez des preuves indubitables du fait que la corrida représente des troubles graves à l’ordre public. Vous êtes Ministre de l’Intérieur, censé assurer la sécurité des citoyens. Or, parce que VOUS aimez la corrida et parce que c’est une tradition (comme le « lancer de nain », que vous citez dans votre circulaire pour bien faire comprendre qu’une tradition n’est pas forcément bonne !) vous refusez de voir la réalité des choses : troubles graves à l’ordre public et torture animale !

Quelle est votre logique, Monsieur Manuel Valls ?

Nous, signataires de cette pétition, vous demandons avec insistance d’être cohérent et honnête et d’intervenir contre la corrida et tous les problèmes qu’elle pose à notre société !