Policiers victimes, politiques coupables

Si les violences policières se multiplient, ce n’est pas un hasard. Elles ne sont pas seulement dues à des individus isolés, lâches, violents, racistes (près de la moitié des Forces de l’ordre vote extrême-droite !). Elles sont, comme dans n’importe quelle organisation, d’abord dues à la politique globale de recrutement et de formation. Et cette politique ce sont justement les responsables politiques qui la mettent en place. Ce sont eux les premiers coupables, les premiers responsables de la dégradation des conditions d’exercice des Forces de l’ordre et aussi de leurs dérapages de plus en plus fréquents.  Sans dire que les politiques se servent des Forces de l’ordre comme d’un bouclier pour protéger leurs intérêts de classe ou leurs intérêts idéologiques.