Mérignac : une femme meurt, brûlée vive en pleine rue par son mari récidiviste

Nouvelle défaillance de l’État à protéger les femmes en danger. Cette défaillance, ce je m’en foutisme, ont fait trois orphelins. Car j’espère que cette fois ce criminel ne sortira plus jamais de prison et perdra tout droit sur les enfants.

L’homme, déjà emprisonné pour violences conjugales, a tiré des coups de feu dans les jambes de cette femme de 31 ans, avant de l’immoler. Des associations dénoncent l’inaction de l’Etat.

Suite de l’article : https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/05/feminicide-une-femme-meurt-brulee-vive-par-son-mari-recidiviste-pres-de-bordeaux_6079249_3224.html

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

« Essayer de déconstruire le mythe de la galanterie à la française est une tâche difficile et courageuse. J’en ai moi-même fait les frais récemment, à la suite d’un tweet. Ce fut, au milieu d’un débat bien argumenté, une récolte d’insultes (morceaux choisis: «Être conne à ce point là a des vertus hallucinogènes», «Vu sa tronche elle a dû en prendre quelques-unes dans la gueule des portes»). C’est pour cela qu’il est sans doute bien plus efficace de le faire dans un livre, posément, en prenant le temps, comme le fait Valérie Rey-Robert, avec Une culture du viol à la française. »

Suite de l’article ici : https://www.slate.fr/story/175965/galanterie-seduction-francaise-culture-du-viol-valerie-rey-robert

 

Marlène Schiappa a mis un décolleté et les gros cons ont pris feu

Ce genre de commentaires sur la tenue des femmes ne dit rien, absolument rien, de ces femmes, mais cela dit beaucoup sur les personnes qui font ces commentaires : on apprend ce qui les intéresse dans la vie (l’apparence et le sexe), on apprend qu’ils n’ont pas de tact, on apprend qu’ils sont relativement frustrés et vulgaires, on apprend qu’ils voudraient une société patriarcale dans laquelle les femmes seraient à la maison et habillées « correctement », on apprend qu’un rien les perturbe et qu’ils sont donc très instables et fragiles et on apprend, plus largement, qu’ils détestent la liberté (surtout celle des femmes).

« Marlène Schiappa était récemment invitée sur BFM TV. Elle venait parler politique, mais comme la naissance de ses seins était visible, les gens munis de peu de neurones ont implosé. »

Suite de l’article ici : http://www.madmoizelle.com/marlene-schiappa-decollete-944879

Avortement : les croisés contre-attaquent

Que le non-avortés opposés aux droits des femmes et à la liberté comprennent bien une chose : si des femmes ne veulent pas avorter, elles en ont le droit. Mais si des femmes veulent avorter, elles doivent avoir le choix aussi. On n’oblige personne à avorter, il n’y a pas de propagande pro-avortement. Par contre, il y a une propagande anti-choix, religieuse et obscurantiste ! En fait, ce que les rétrogrades refusent c’est que les femmes aient des droits. Ils n’en ont rien à faire des « bébés » avortés (sinon ils financeraient la contraception pour les éviter). Ils n’en ont rien à faire non plus des enfants nés sinon ils financeraient leur éducation, ils donneraient des allocations etc. Non, ce qu’ils veulent c’est contrôler le corps des femmes et imposer leur idéologie totalitaire à toute la société. Alors que maintenant, les femmes ont le droit d’avorter OU de ne pas avorter. Eux, ils veulent leur enlever ces droits et les forcer à avoir des enfants non-désirés.

« Plus de quarante ans après la loi Veil, le droit à l’avortement subit une offensive concertée en Europe, menée par une nouvelle génération de militants rompus aux réseaux sociaux. Une enquête d’Arte révèle leurs méthodes et leurs financements. »

Suite de l’article ici : https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-06-mars-2018

« La misère sexuelle est une construction sociale, et elle fait des ravages »

 » Un « célibataire involontaire » a foncé sur la foule et tué dix personnes à Toronto lundi. Pour les « Incels », le sexe est un dû. Cette conception transactionnelle du plaisir ne sort pas d’esprits malades ou perturbés, mais de notre culture, estime la chroniqueuse de « La Matinale du Monde», Maïa Mazaurette. »

Suite de l’article ici : http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/04/29/frustration-et-terrorisme-nos-croyances-sexuelles-nous-massacrent_5292137_4497916.html