#PlusDeVégé : les lycéens réclament du vert dans les assiettes des cantines

Depuis mardi 6 avril, une campagne #PlusDeVégé a été lancée sur les réseaux sociaux. Lycéen.ne.s et associations environnementales réclament des options végétariennes quotidiennes dans les cantines.

Suite de l’article ici : https://www.neonmag.fr/plusdevege-les-lyceens-reclament-du-vert-dans-les-assiettes-des-cantines-575115.html

L’antispécisme a maintenant son Que sais-je?

L’antispécisme est un sujet complexe et à plusieurs égards polémique. Pour être correctement traité, il demande d’une part d’aborder des questions philosophiques et scientifiques souvent nouvelles et difficiles ; d’autre part, de ne pas passer sous silence et de judicieusement rappeler que ce sujet, d’une grande actualité, inspire et pousse à l’action des militants qui mettent au défi la doxa morale et bien des habitudes d’un grand nombre de gens : tout cela n’est pas sans susciter débats et controverses.

Suite de l’article : https://lamorce.co/lantispecisme-a-maintenant-son-que-sais-je

Étude : un seul jour sans viande a plus d’effets que de manger 100% local

Une nouvelle étude scientifique vient tordre le cou à quelques idées reçues sur le local. Face à l’urgence climatique, l’un des mantra le plus rapidement adopté a été : manger local.

Suite de l’article : https://mrmondialisation.org/etude-un-seul-jour-sans-viande-a-plus-deffets-que-de-manger-100-local

La cruauté envers les animaux est-elle synonyme de violences envers les humains ?

Que dire alors d’une société, par exemple la nôtre, qui fait tuer 3 milliards d’animaux terrestres par an dans l’indifférence quasi-générale ? Est-ce étrange que les humains n’y soient pas si bien traités du coup ?

Article ici : https://theconversation.com/la-cruaute-envers-les-animaux-est-elle-synonyme-de-violences-envers-les-humains-145638

« La pandémie n’est pas une vengeance de la Terre, c’est le résultat de notre rapport à la nature »

Le nouveau virus, issu d’un contact entre l’humain et l’animal, pose la question de notre rapport au monde vivant. La philosophe Virginie Maris s’intéresse depuis longtemps à ces sujets : dans un livre passionnant, La Part sauvage du Monde (Seuil, 2018), elle interroge les voies d’une possible cohabitation entre humains et non-humains, en rappelant qu’il faut pour cela « restreindre notre territoire ». Première partie de cet entretien.

Suite de l’article ici : https://www.bastamag.net/covid-vengeance-de-la-nature-biodiversite-pathogenes-surconsommation-specificite-humaine-Virginie-Maris