Policiers victimes, politiques coupables

Si les violences policières se multiplient, ce n’est pas un hasard. Elles ne sont pas seulement dues à des individus isolés, lâches, violents, racistes (près de la moitié des Forces de l’ordre vote extrême-droite !). Elles sont, comme dans n’importe quelle organisation, d’abord dues à la politique globale de recrutement et de formation. Et cette politique ce sont justement les responsables politiques qui la mettent en place. Ce sont eux les premiers coupables, les premiers responsables de la dégradation des conditions d’exercice des Forces de l’ordre et aussi de leurs dérapages de plus en plus fréquents.  Sans dire que les politiques se servent des Forces de l’ordre comme d’un bouclier pour protéger leurs intérêts de classe ou leurs intérêts idéologiques.

« Où est Steve? » Des parlementaires s’emparent de la question

« Plusieurs députés de gauche ont repris la question scandée lors des manifestations portant sur la disparition de Steve Caniço à Nantes, lors de la Fête de la musique. »

Suite de l’article ici : https://www.huffingtonpost.fr/entry/ou-est-steve-des-parlementaires-semparent-de-la-question_fr_5d30936ee4b004b6adac8390

Casti : « Ce qui m’a vraiment fait mal, ce n’est pas d’avoir perdu un œil… »

Les armes aussi dangereuses ne sont d’aucune utilité en France vu que la population n’est pas armée.

« Ce dimanche, le Montpellier Hérault reçoit l’AS Saint-Étienne à la Mosson. En 2012, Florent Castineira, touché au visage par un tir de flash-ball en marge de la rencontre entre les deux équipes, y laissa un œil. Quatre ans et demi après les faits, celui que l’on surnomme « Casti » se bat désespérément pour que justice soit faite. Témoignage. »

La suite ici : http://www.sofoot.com/casti-ce-qui-m-a-vraiment-fait-mal-ce-n-est-pas-d-avoir-perdu-un-oeil-439022.html