Un éternel Treblinka

treblinka

 

– l’auteur fait un parallèle, certes osé mais non moins évident, entre le génocide perpétré par les nazis (et tous les génocides en général) et celui que subissent les animaux depuis si longtemps et encore plus à notre époque « civilisée ».
– il ne s’agit pas de mettre les hommes et les animaux sur le même plan (ni de faire des hiérarchies par contre) mais tout simplement de faire comprendre que tout génocide commence par la dégradation des victimes (langage violent et irrespectueux, sobriquets d’animaux, auto-conviction que les victimes ne méritent aucune considération car elles sont inférieures…); cette manière de faire est maintenant utilisée pour faire accepter plus facilement le génocide des animaux (ce ne sont « que » des animaux, de la même manière qu’on disait ce ne sont « que » des juifs, ou « que » des noirs etc)
– à bien regarder, les méthodes de traitement et l’idéologie mises en place concernant les animaux ressemblent à s’y méprendre aux idéologies racistes (nazie en particulier, car le nazisme est allé au bout de ses « idées »…) à deux différences près : 1. nous ne tuons pas les animaux parce que nous les détestons (bien que la raison de leur mort ne change rien pour eux) et 2. notre entreprise de crime organisé est sans fin puisque sans cesse des animaux sont créés pour être ensuite tués
– et si vous avez encore un doute, relisez la phrase de Hitler que j’ai copiée à la fin de l’article : quelle meilleure manière d’expliquer notre comportement envers les animaux ?

****

« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c’est ici que s’est produite la faillite fondamentale de l’homme, si fondamentale que toutes les autres en découlent.  »  Milan Kundera

« Celui qui immole un bœuf est comme celui qui tuerait un homme. » Isaïe, 66.3

« Prenez parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le bourreau, jamais le torturé. » Elie Wiesel

« Un jour, nos petits-enfants nous demanderont : Où étais-tu pendant l’holocauste des animaux? Qu’as-tu fait contre ces crimes terrifiants? Nous ne pourrons pas leur offrir la même excuse une seconde fois – que nous ne savions pas. » Helmut Kaplan

« Au milieu de notre style de vie lié aux hautes technologies, l’ostentation et l’hédonisme, parmi les monuments les plus remarquables de l’histoire, de l’art, de la religion et du commerce, il y a les « boîtes noires ». Ce sont les laboratoires de recherche biomédicale, les fermes productivistes et les abattoirs – des complexes sans visage où la société mène son sale boulot d’abus et de meurtre sur des êtres innocents et sensibles. Ce sont nos Dachau, nos Buchenwald, nos Birkenau. Comme les bons bourgeois allemands, nous avons une idée assez précise de ce qui s’y passe, mais nous ne voulons pas vraiment être confrontés à la réalité. » Gail Eisnitz

De l’avis de Barbara Stagno, plus on s’engage dans la lutte pour les animaux, plus on s’éloigne du reste de la société. « Quand vous parcourez les allées d’un supermarché, vous ne voyez pas de la « nourriture », vous voyez le bout de la chaîne productiviste allant des fermes d’élevage aux abattoirs. Quand tout le monde s’attendrit devant un panier de chatons qu’un collègue a apportés au travail, vous voyez les millions de chats errants dans les rues, ou à qui on injecte du pentobarbital sodique mortel dans les refuges. » Elle explique que c’est comme si on disposait soudain d’une « vision aux rayons X ».

« Tous ces érudits , tous ces philosophes, les dirigeants de la planète, que savent-ils de quelqu’un comme toi? Ils se sont persuadés que l’homme, espèce pécheresse entre toutes, domine la création. Toutes les autres créatures n’auraient été créées que pour lui procurer de la nourriture, des fourrures, pour être martyrisées, exterminées. Pour ces créatures, tous les hommes sont des nazis; pour les animaux, c’est un éternel Treblinka. » I.B. Singer, The Letter Writer

« Je pense très profondément que les gens qui ont une sensibilité, qui réfléchissent aux choses, doivent en arriver à la conclusion qu’il est impossible d’être bon, d’être pacifique si on tue des animaux. Qu’on ne peut pas se dire épris de justice si on s’empare d’une créature plus faible que soi pour la torturer et la tuer. » I.B. Singer

« […] à moins que de croire au fascisme – c’est-à-dire que le pouvoir donne tous les droits – on n’a pas le droit de faire du mal aux autres. » Henri Spira

« Cet enfer rendaient dérisoires toutes ces inepties au sujet de l’humanisme. » I.B.Singer

« Celui qui ne possède pas le pouvoir perd le droit à la vie. » Hitler




Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s