Merci Donald Trump !

Cela fait plusieurs millénaires que des petits esprits essaient de nous montrer comment il faudrait se comporter pour être quelqu’un de bien (ou du moins s’en rapprocher). Confucius dans Entretiens, Platon dans La République, Aristote dans L’éthique à Nicomaque, Épicure dans Lettre à Ménécée, Épictète dans le Manuel, Descartes dans le Traité des passions, Pascal dans les Pensées, Spinoza dans l’Éthique, Montaigne dans les Essais, Kant dans Fondements de la métaphysique des mœurs, Alain dans les Propos, Moore dans Principia Ethica ou bien, le plus abouti, Hanouna dans Comment j’ai mis des nouilles dans mon slip. Et bien d’autres mais je n’ai pas le temps de développer car je dois aller voir TPMP.

Donc tous ces esprits se sont efforcés en vain de nous éclairer sur le bien et le mal. Maintenant, que Trump existe, il me semble évident que tous leurs écrits sont inutiles et incapables de nous guider dans la vie. Nous savons désormais que pour avoir la quasi assurance d’être quelqu’un de bien il faut procéder comme suit : analyser les paroles et les actes de Trump et faire exactement le contraire. C’est aussi simple que ça. À partir de maintenant, grâce à Trump, tout traité de morale est inutile, merci au champion de nous avoir épargné tant de prises de tête, tant de doutes et tant de questionnements. Trump est un simplificateur, un facilitateur. Nous avions besoin de lui pour mettre un terme à toutes ces querelles éthiques !

Trump m’a tuer. Signé : la casuistique !

Ces Liégeois ont rendu la vue à 246 aveugles au Burkina Faso

Merci à ces médecins pour leur merveilleux geste
Une quinzaine de médecins, d’infirmiers et de logisticiens liégeois viennent de revenir du Burkina Faso, un des pays les plus pauvres d’Afrique.

Merci Amazon !

Je m’appelle Ahmed H. et je voudrais remercier Amazon.

J’ai travaillé dans cette entreprise pendant 5 ans. Elle m’a gentiment accepté ne me discriminant pas par rapport à mes origines. Mes chefs connaissaient mon rêve : gagner le marathon de New York ! C’est ainsi qu’avec beaucoup de sollicitude et d’empathie ils m’ont « coaché » pendant ces 5 ans. Toujours derrière moi pour me dire que je n’allais pas assez vite, que je n’étais pas assez performant, que je devais être plus précis, que je devais me reposer moins souvent ! Pas une journée sans leurs encouragements à me surpasser. À tel point que je suis arrivé, dans ma quatrième année, à faire plus de 25 kilomètres par jour (sans, évidemment, les contenter véritablement car ils attendaient toujours plus de moi, ils croyaient en moi plus que je ne croyais moi-même). À la fin de ma cinquième année, j’ai eu, pendant quatre mois, un pic de 35 kilomètres par jour. C’est là que j’étais enfin prêt à partir vivre l’aventure de ma vie. Je me suis inscrit au marathon de New York et… je l’ai gagné !

Je ne pourrais jamais montrer ma profonde reconnaissance à M. Jeff Bezos, directeur général d’Amazon ainsi qu’à tous ses collaborateurs qui n’ont eu de cesse de poursuivre mes faiblesses et mes manques dans le seul but (dénué de tout intérêt financier) de m’aider à m’améliorer, à aller au bout de moi-même. Des personnes comme moi, finement coachées pour se surpasser, sont au nombre d’environ 2000 en France. Amazon fait tout ce qui est légalement (et peut-être même mieux !) possible pour les aider dans ce beau chemin qu’est l’affirmation de soi. Pour plus de détails sur cette entreprise hors du commun, je vous invite à lire cet article : http://www.liberation.fr/economie/2013/12/17/une-employee-d-amazon-raconte-la-peur-organisee_967185