Mérignac : une femme meurt, brûlée vive en pleine rue par son mari récidiviste

Nouvelle défaillance de l’État à protéger les femmes en danger. Cette défaillance, ce je m’en foutisme, ont fait trois orphelins. Car j’espère que cette fois ce criminel ne sortira plus jamais de prison et perdra tout droit sur les enfants.

L’homme, déjà emprisonné pour violences conjugales, a tiré des coups de feu dans les jambes de cette femme de 31 ans, avant de l’immoler. Des associations dénoncent l’inaction de l’Etat.

Suite de l’article : https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/05/feminicide-une-femme-meurt-brulee-vive-par-son-mari-recidiviste-pres-de-bordeaux_6079249_3224.html

« La misère sexuelle est une construction sociale, et elle fait des ravages »

 » Un « célibataire involontaire » a foncé sur la foule et tué dix personnes à Toronto lundi. Pour les « Incels », le sexe est un dû. Cette conception transactionnelle du plaisir ne sort pas d’esprits malades ou perturbés, mais de notre culture, estime la chroniqueuse de « La Matinale du Monde», Maïa Mazaurette. »

Suite de l’article ici : http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/04/29/frustration-et-terrorisme-nos-croyances-sexuelles-nous-massacrent_5292137_4497916.html

Alexia Daval : ce n’est pas un « meurtre de joggeuse » mais un féminicide

« Couplée avec la défense lunaire de Jonathann Daval, cette expression nous montre encore la difficulté de voir le féminicide comme un fait de société. »

Suite de l’article ici : https://www.nouvelobs.com/societe/20180130.OBS1491/alexia-daval-ce-n-est-pas-un-meurtre-de-joggeuse-mais-un-feminicide.html

Tabac, la conspiration – retenez votre souffle

 

Ou comment nous faire croire que nous sommes libres de choisir

La cigarette n’est pas qu’une affaire personnelle : elle concerne notre entourage et, plus loin, l’humanité entière. Ceux qui fument ne font pas du mal qu’à eux-mêmes mais contribuent directement à enrichir des criminels, des mafioso et à perpétuer cette industrie du crime. Le problème, pour ceux qui achètent le tabac, est aussi moral en plus d’être sanitaire.
La légalité de la cigarette est un paradoxe grave de notre société mais sans les acheteurs, ces tueurs d’enfants, de femmes, d’hommes et d’animaux (à travers les tests par exemple) n’auraient plus aucun pouvoir. Leur pouvoir vient des fumeurs.
Ils s’enrichissent et tuent des dizaines de millions de personnes et nous les payons pour le faire. Enlevons-leur ce pouvoir de nuisance, cessons de leur donner notre argent.